Résidence seniors Saint-Gildas : « Le cadre nous a bien plu »

image

Ouverte depuis mi-octobre, la résidence seniors Clos

Saint-Gildas de Charlieu séduit la quarantaine de résidents

qui ont emménagé dans cette structure de 94 logements

aménagée dans l’ancien couvent des Ursulines. La société

Eglé se donne trois ans pour la remplir.

 

image

À Charlieu, l’institution Saint-Gildas revit depuis quelques

mois. Édifié en 1632, l’ancien couvent des Ursulines a été

transformé en résidence seniors services.

Baptisée Clos Saint-Gildas, la structure gérée par Eglé

compte 94 logements destinés à des seniors autonomes,

dont 27 sont occupés par 40 résidents, charmés d’occuper

un bâtiment du XVII e rénové avec goût qui domine la cité

médiévale, avec de nombreux services dont une piscine

couverte, spa, jacuzzi…

image

« Une vue superbe sur Charlieu »

Âgés de 76 et 78 ans, Josiane et Daniel Aucourt ont quitté

le 15 octobre leur maison de Pouilly-sous-Charlieu pour le

Clos Saint-Gildas « car notre maison devenait trop grande

à entretenir et le cadre nous a bien plu », indique Daniel.

« Ce bâtiment nous a toujours impressionnés et on a

trouvé une équipe sympa ! »

Un pas important quand on passe de 150 m 2 à 53 m 2 …

« Mais on a un balcon et une vue superbe sur Charlieu »,

sourit Josiane dont les réticences initiales ont vite disparu ;

« il faut apprendre à laisser ses affaires. »

 

 

image

"Une vue superbe sur Charlieu"

Âgés de 76 et 78 ans, Josiane et Daniel Aucourt ont quitté le 15 octobre leur maison de Pouilly« Ce bâtiment nous a toujours impressionnés et on a trouvé une équipe sympa ! »

Un pas important quand on passe de 150 m 2 à 53 m 2 … « Mais on a un balcon et une vue superbe sur Charlieu », sourit Josiane dont les réticences initiales ont vite disparu ; « il faut apprendre à laisser ses affaires. »-sous-Charlieu pour le Clos Saint-Gildas « car notre maison devenait trop grande à entretenir et le cadre nous a bien plu », indique Daniel. 

image

« On a déjà de bons amis »

Si plusieurs résidents viennent du Charliendin, d’autres ont fait plus de kilomètres pour rejoindre cette résidence atypique, avec des appels de Normandie, de Paris ou Lyon pour se renseigner. Le couple Thévenet a par exemple vendu sa maison d’Ampuis au sud de Lyon, dont le jardin en pente devenait difficile à entretenir, avec une piscine située en contrebas. « On est mieux là, on a déjà de bons amis », indique M. Thévenet. « C’était temps de le faire, car on a tous les deux des problèmes de santé. »

 

 

image

« Ne plus avoir à passer la tondeuse »

Mais il y a aussi des résidents en pleine forme comme Florence Roca-Vives, 65 ans, qui a quitté sa maison de Maizilly pour se simplifier la vie : « L’idée, c’est de ne rien avoir à gérer, le compteur d’eau, EDF, passer la tondeuse… Ça m’a permis de lâcher ce que j’avais à faire et de mettre en retraite ici », indique cette ancienne infirmière ravie.

Et tous ces néo-résidents sont aujourd’hui les meilleurs ambassadeurs de la résidence dont ils vantent les prestations auprès de leurs amis. Une aubaine pour les dirigeants de la structure qui se sont donné trois ans pour remplir cette résidence susceptible d’accueillir 130 personnes. « Le projet suscite curiosité et intérêt chez les Charliendins », relève Didier Marchand, président de Santé Mut Roanne ; « Saint-Gildas, c’est quelque chose d’important pour les catholiques qui sont venus faire des baptêmes, des mariages, des pique-niques familiaux, il y a un attachement au lieu, au patrimoine ».

  En bref

Un projet mutualiste

D’abord initié par l’entrepreneur charliendin Patrick Desmonnet (depuis décédé), le projet de résidence seniors a été repris par Santé Mut Roanne et quatre autres mutuelles qui ont créé une SCI pour réaliser le projet, avec la participation de la Caisse des dépôts, également engagée sur la réalisation de l’espace Santé Maurice-Marchand à Roanne. Le Clos Saint-Gildas est géré par la société Eglé, filiale de Santé Mut Roanne. Ce projet représente un coût de 16 millions hors taxes pour rénover le bâti existant et la construction d’une partie neuve, l’ensemble représentant 7 200 m2 de planchers.

À partir de 810 euros/mois

La résidence compte 94 logements dont 19 T1, 68 T2 et 7 T3. Les loyers des T1 oscillent entre 810 à 1 149 euros par mois, les T2 entre 1 206 à 1 846 euros et les T3 entre 1 589 et 2 645 euros pour des personnes seules. Quand il y a un couple, il faut rajouter 208 euros. Le loyer comprend le chauffage, téléphone, internet, eau, gaz, électricité, TV, assurance, la redevance ordures ménagères, le linge de maison, la place de stationnement, l’accès libre aux espaces de loisirs dont la piscine. Vingt-sept appartements sont déjà loués, et surtout les plus chers, avec vue sur Charlieu. À la demande du maire de Charlieu, la gamme de tarifs est volontairement supérieure à celle de la Petite Provence, située à proximité.

Cinq salariés

Pour l’instant, il y a cinq salariés, une directrice, un gardien et trois équipiers polyvalents. Mais quand la résidence sera pleine, il devrait y avoir une quinzaine de salariés.

Des repas faits sur place

Les repas servis au restaurant du Clos Saint-Gildas sont réalisés sur place par la société AlTerreNative avec des produits frais et locaux. La société réalise aussi sur place les 120 repas quotidiens servis à l’usine Michelin de Roanne.

La grange n’a pas été rénovée

Dans le clos, seule la grange n’a pas été rénovée pour des raisons budgétaires. Santé Mut Roanne imaginait y créer des salles d’activités ouvertes sur la commune, ainsi qu’un lieu d’accueil pour les pèlerins de Saint-Jacques.